Actus

EMBAUCHER UN SENIOR COUTE TROP CHER!

22 octobre 2020 | Actualités

C’EST QUOI L’ÉCHELLE DE VALEUR?

Parmi les nombreux freins à l’embauche d’un senior, on entend souvent que son embauche est trop chère. Trop chère ;  pas plus chère qu’un autre, mais TROP chère.

Par rapport à qui ? Par rapport à quoi ? Un candidat moins expérimenté peut être ? C’est absolument vrai. En effet, quel est le candidat qui n’espère pas voir son salaire évoluer au cours de sa carrière professionnelle …y compris un recruteur? Ce dernier est le fruit de l’expérience du métier, d’un engagement parfois long dans l’entreprise, d’une promotion ou peut-être tout simplement d’une rétribution liée à l’ancienneté. Tout en étant parfaitement logique en poste, cela devient comme un poids ou un reproche lorsque l’on redevient un candidat.

TOUJOURS TOUT NIVELER PAR LE BAS

Une fois de plus, dès que l’on gagne (un peu) mieux sa vie dans nos pays latins cela devient suspect. En mûrissant ce n’est pourtant que la résultante d’un système auquel nous avons participé et auquel, bien entendu, nous espérons encore participer tant que notre carrière n’est pas finie avec si possible notre engagement pour l’améliorer. Doit-on tout niveler par le bas : notre niveau scolaire, nos compétences et le salaire qui découle de l’expertise? Ce n’est certainement pas l’objectif d’une entreprise privée dont l’essence même est de performer.

Haaaa la fameuse  question : « Quelles sont vos prétentions » ? Je connais comme tout le monde quelques prétentieux, mais ils ne sont pas légion. Remarquez, arriver à obtenir ce genre de question lorsqu’on est considéré comme sénior signifie que l’on a au moins décroché un entretien. En France, c’est déjà une prouesse en soi.

Alors oui, il convient de se renseigner sur la cotation d’un poste avant d’aller à un entretien et la plupart connaissent le niveau de rémunération proposé ou lié au poste proposé. Toutefois peu de recruteurs tentent de proposer une rémunération, sous prétexte qu’en étant plus basse que le salaire précédent cette dernière pourrait être démotivante. Mais alors ne peut-on retourner la question : « Quelle est votre proposition de salaire » ?

PRÉPAREZ VOUS A CETTE QUESTION

Le salaire est la contrepartie d’un travail fourni. S’il est de qualité, il doit être en rapport, une fois de plus quel que soit l’âge du candidat, et fonction des compétences et de l’expertise qu’il peut apporter à l’entreprise. Il semble vraiment  archaïque de considérer encore aujourd’hui, parfois, un salaire comme un coût et non pas comme un investissement.

En tout état de cause, et quel que soit votre âge,  je vous recommande de lire l’article de Caroline Guichet du Cabinet  EMERGENCES RH sur le sujet pour vous préparer.

https://www.linkedin.com/pulse/quelles-sont-vos-pr%25C3%25A9tentions-salariales-caroline-guichet/?trackingId=xsiIo9QYQuenDTbAymVUqw%3D%3D

VOUS ÊTES SURDIMENSIONNE POUR LE POSTE.

A moins d’être fonctionnaire, le salaire ne suit pas une courbe régulière, mais sera certainement en dents de scie tout au long d’une carrière en fonction des aléas et des choix de vie. Parfois il augmente, parfois il diminue….et alors? Demandez à un indépendant très compétent si son salaire est identique tous les mois.

« Vous êtes surdimensionné pour les poste! ».  Après des explications très policées expliquant que vous allez vous ennuyer (traduisez : prendre le poste puis vite chercher ailleurs), ne faut-il pas le traduire plutôt par :  « Vous êtes trop cher pour le poste »?! ….sans d’ailleurs vous questionner pour savoir si cela vous convient réellement.

Car le bon salaire n’est-il pas simplement celui qui permet de profiter du superflu ; et chacun de déterminer en quoi consiste son propre superflu.

Ci-dessous le lien d’un article de France Stratégie plutôt éclairant et factuel sur le sujet.

https://www.strategie.gouv.fr/publications/salaires-augmentent-vraiment-lage